L’influence de Gribouilli Street

Aujourd’hui, je vous invite à entrer un peu plus dans mon univers et à découvrir une communication vraiment  « vivante » .

separateur

Gribouilli quoi ?

Gribouilli quoi ? C’est le titre de la page « A propos » du blog www.gribouillistreet.fr.
C’est un blog que j’ai créé en 2014 et depuis j’y ajoute régulièrement des illustrations, des coloriages, des freebies… bref c’est mon espace de liberté.

On y retrouve la petite mascotte Gribouille, les demoiselles et les doodles.
Tout un univers graphique, mais aussi un état d’esprit.

Pour le découvrir : www.gribouillistreet.fr

Feuille separateur 2

Influence ou alignement ?

Aujourd’hui, je sais que Gribouilli Street m’apporte beaucoup sur le plan personnel.
Mais depuis le début, il cherche sa place : plus qu’un simple loisir, mais pas vraiment une activité pro.

Ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que l’activité de communication et Gribouilli Street se « tournent autour ».

Je les ai clairement séparés pendant un temps et depuis quelques mois les illustrations apparaissent de plus en plus dans ce blog.

D’abord avec le journal de bord, puis dans certains articles, et finalement comme visuel pour les prestations.

J’ai même imaginé un temps créer une nouvelle prestation de « création d’illustration » mais… Gribouilli Street ce n’est pas ça !

C’est grâce à Barbara (@barbara.andre_cussatlegras) que tout s’est finalement « aligné ».
Avec une question simple en apparence toutes les briques ont trouvé leur place :
« Est-ce que tu veux vraiment garder 2 activités différentes ? »
« Ne peux-tu pas n’en garder qu’une ? ».

Je vous avoue que pour expliquer mon cheminement j’ai écrit des pages et des pages… mais soyons franc, la réponse à cette question je l’ai eue en faisant un dessin, alors pourquoi vouloir transcrire ce cheminement en mots ?
Plutôt que de m’embrouiller et de vous embrouiller… soyons visuel !

Avec cet arbre, je symbolise et je regroupe les différentes notions que je propose :

  • Racine : les bases de mon métier (technique, positionnement, objectif, organisation, design, expérience, identité, référencement…).
  • Communication digitale sereine : le tronc, solide et fort, qui fait grandir l’activité
  • Slow communication : les branches, car à chacun de trouver son juste rythme. Il n’y a pas de modèle absolu et le chemin peut varier et faire des détours.
  • Gribouilli Street : tout en haut, plein de couleur et de vie.
    Pas seulement dans le design et dans l’illustration mais surtout dans l’état d’esprit et la vision générale.
separateur

Une vision pas comme les autres

C’est avec Gribouilli Street que j’ai travaillé ma capacité à imaginer « quelque chose » à partir d’une notion.
Pendant des années, je suis partie d’une feuille blanche pour créer la mademoiselle du mois en me demandant simplement : « C’est quoi le mois de … ? ».

Grace à cet exercice, j’ai appris à être plus attentive à tout ce qui n’est pas « verbal » : une couleur, un son, une odeur, une impression.
J’ai écouté mon intuition et mon ressenti, sans y mettre de mot, mais en créant une « demoiselle ».

Cette « vision » des choses est devenue une seconde nature et c’est aujourd’hui (grâce à Barbara donc) que je réalise qu’il s’agit d‘un élément à part entière de mon travail de communication.

Explication en image avec l’identité et le site que j’ai imaginé pour Sophie Nardari.

Site web
La vision du site web. Une identité visuelle et un contenu unique.
Brand board
Avec un peu de recul, nous avons la vision « brandboard », celle de l’univers de Sophie
L'image
Et voilà la vision « Gribouilli Street » de ce même projet. Il s’agit d’une « entité vivante » qui va aider l’activité à grandir.
Feuille separateur 2

Suite logique

Voilà donc en quelques mots ce « fameux alignement » entre mon travail de communication digitale sereine et Gribouilli Street.

separateur

Ce qu’apporte cette « vision Gribouili Street »

Les notions importantes pour moi sont celles d’une communication sereine et d’une slow communication.
Elles sont primordiales lorsqu’on communique régulièrement dans le but de servir au développement de son activité.

Les coups de com’ ponctuels, la création de contenu à tout va, bien peu pour moi.
Et c’est évident lorsqu’on imagine sa communication comme une personne !
Pas de burn out à l’horizon pour « mademoiselle site web ».

Feuille separateur 2

En conclusion

Mon travail de communication et Gribouilli Street sont deux choses différentes, mais forme une seule et même entité, comme les deux faces d’une même pièce.
Les deux se soutiennent et s’apportent quelque chose.

Il m’aura fallu quelques années pour enfin comprendre que ces deux « activités » ne formaient en fait qu’une seule vision globale.

Bien sûr, dans mon travail de communication je ne vais pas dessiner des doodles ou des demoiselles pour chaque client, mais la vision d’une « entité vivante » elle va rester.

Et si en plus, je peux mettre des doodles et des demoiselles c’est la cerise sur le gâteau !

Voilà quelques projets pour lesquels, j’ai dessiné la vision Gribouilli Street, la demoiselle site web.

Précédent
Suivant

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Vous pourriez aussi aimer...

Restons connecté : inscrivez-vous à la newsletter

L'influence de Gribouilli Street

Laisser un commentaire