Slow communication

Dans un monde où tout va toujours plus vite, il est parfois bon de ralentir.
Prendre le temps de se poser, agir mais avec engagement et volonté, accepter son « humanitude ».

L’humanitude, quezako ? 
Pour faire simple : nous ne sommes pas des machines et nous avons nos limites.
Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, je vous conseille vivement le site  « la nife en l’air » de Florieteller, c’est grâce à elle que j’ai découvert cette idée (www.lanifeenlair.com)

Evidemment le « slow » peut s’appliquer dans de nombreux domaines de la vie.
Mais si vous êtes ici, à lire cet article, c’est probablement que vous êtes indépendant et que c’est le « slow » dans la communication qui vous parle.

C’est quoi la « slow communication » ?

J’avoue que j’ai trouvé assez peu d’articles qui parlent directement de cette thématique, à part Valérie Demont (www.valeriedemont.ch) que j’ai découverte pour l’occasion.

J’ai pourtant lu ici ou là des sujets sur l’infobésité, la sur-sollicitation de l’information.
Je rencontre souvent des entrepreneurs perdus dans la multitude de tâches de communication qu’ils sont censés réaliser.

Alors je vais vous donner ma définition.

La slow communication, c’est celle qui est au juste rythme, le vôtre et celui de votre public.
C’est la communication qui est une « intention », celle qui se veut « durable ».

Communiquer mieux, communiquer moins.
Aller dans le fond plus que dans la forme
Ralentir, mais ne pas s’arrêter… se hâter lentement.

Ne pas suivre le rythme effréné des algorithmes, ne pas répondre à toutes les notifications, décider comment donner son attention, être dans l’écoute active, se demander « pourquoi » ?

Slow communication - réseaux sociaux

Comment la mettre en place à l’heure des réseaux sociaux ?

Décider de se lancer dans la « slow communication »,  c’est décider de ne pas suivre le mouvement général.
C’est trouver son mouvement idéal et accorder une attention de meilleure qualité.

Quelques conseils :

  • Choisissez un réseau qui vous est facile, simple à utiliser pour vous, voire plaisant
  • Communiquez sur des sujets où vous savez que vous avez quelque chose à apporter aux autres
  • Prenez le temps, faites les choses à votre rythme et trouvez votre propre régularité
  • Ne vous laissez pas emporter par les « il faut que »… soyez sûr de votre « pourquoi »
  • Lâchez la perfection… « fait vaut mieux que parfait »
  • N’hésitez pas à sortir du cadre si c’est ce que votre intuition vous dit.
  • Ne négligez pas le monde réel, soyez présent et communiquez avec des vraies personnes
  • Ne tombez pas dans le piège des publications « automatiques »

Je pourrais encore trouver beaucoup d’idées qui entreraient dans cette notion de « slow communication » car  chaque jour j’y travaille avec ma propre com.

J’utilise beaucoup mon journal de bord pour planifier les articles et les newsletters, un mois à l’avance, parfois plus comme avec les saisons de Gribouilli Street où j’ai pu poser mes dates sur 3 mois.
Je définis mon rythme de publication, je pose mes dates et les grands thèmes.

Pas à pas, je dessine la communication qui me convient.

Une communication qui prend le temps de grandir

Une communication dans la durée

Avec une communication plus « slow », il devient plus simple de se projeter, de voir les choses à plus long terme.

Imaginez votre activité dans plusieurs mois et préparez le chemin.
Vous avez en tête une nouvelle prestation mais vous n’êtes pas encore prêt à la « lancer ».
Commencez à en parler en abordant un problème que votre prestation pourra solutionner, en demandant l’avis de votre public ou même en diffusant des citations en rapport avec votre sujet.
Les possibilités sont multiples et le mot clé sera « intention ».
C’est l’intention que vous mettrez dans votre message qui touchera votre public.

Prenons un autre exemple.
Vous avez décidé de mettre votre énergie à développer un de vos services ou produit en particulier.
Imaginez la communication sur 3 mois, et faites des « paliers ».
Laissez le temps à votre public de :

  • Vous voir (ce qui n’est pas toujours évident, surtout sur facebook !)
  • Vous comprendre
  • Adhérer à votre proposition
  • Prendre confiance
  • Vous contacter

Ne brusquez pas les choses et vos prospects seront de « qualité ».

Personnellement, je pense que la période de «3 mois » est intéressante.
Elle fait écho aux saisons. C’est à la fois assez long mais aussi très vite passé.
C’est un délai qui permet de ralentir, sans être complètement déconnecté.

Le pourquoi

Votre « pourquoi » et celui de votre public

En pensant slow communication, nous pouvons nous laisser le temps de penser plus précisément au « pourquoi ».
Pourquoi parler de tel ou tel sujet ?
Pourquoi utiliser tel réseau de communication plutôt qu’un autre ?
Pourquoi décider de prendre 2h pour faire de beaux visuels ?
Pourquoi mettre en avant d’autres prestations ?

Il peut y avoir de nombreux « pourquoi » et l’une des difficultés est de n’en garder que quelques-uns.

Voici ce que je fais pour m’aider à définir mes « pourquoi » : je regarde le pourquoi de mon audience !

De façon régulière, et de plus en plus organisée car j’y gagne du temps, je fais le point sur mes statistiques.
Il ne s’agit pas d’avoir le nez sur les chiffres constamment ! Nous irions à l’inverse de la « slow com » !
Mais avoir une petite routine qui va nous aider à comprendre le « pourquoi » de nos visiteurs.

Sur quel réseau ont-ils été les plus actifs ?
Quel sujet a eu le plus de retours ? Etc…
Pour finalement trouver le pourquoi mon message va-t-il être entendu.

Une fois de plus, vous verrez qu’il faut du temps pour voir apparaitre le « pourquoi » de vos visiteurs, mais quel bénéfice !
Une fois que vous saurez ce que votre public attend de vous et que vous aurez trouvé votre propre rythme, communiquer ne sera plus un poids, mais une suite évidente de votre activité.

Encore un peu brouillon

Cet article est important pour moi car cette notion de « slow communication » est le parallèle logique de la « communication digitale sereine ».

Je suis bien consciente d’être encore un peu brouillon dans mon explication car pour moi cela va bien au-delà de la communication. Ces notions d’ « humanitude » ou « d’essentialisme » touchent tous les domaines de la vie.
J’essaye d’apporter ces notions dans mon métier et de vous les apporter mais cela demande encore du temps.
Dans chaque nouveau projet, j’essaye d’apporter des solutions en accord avec le « rythme » de mes clients et chacun est différent.

C’est une approche passionnante et très enrichissante.

Ecrire les articles de ce blog, m’aide beaucoup à mettre en forme ma vision.
Partager avec vous sur le sujet également.

Merci d’avoir lu l’article jusqu’ici.
J’espère que « la slow communication façon Magali » vous parle et que vous aussi vous aspirez à une meilleure communication, plus respectueuse de votre écosystème et de celui de vos clients idéaux. 

Parlons-en, échangeons nos points de vue et pourquoi pas travaillons ensemble.
Vous pouvez laisser un commentaire sur cet article ou me contacter par mail, ou autre.
Mettons ensemble un peu plus de sérénité dans nos « business ».

Vous aimez cette article, partagez-le

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire