Une illustration pour faire passer son message

Illustration

En communication, nous pouvons utiliser différents supports.
Les mots sont évidemment très importants, qu’ils soient écrits ou parlés.
Mais comme le dit le proverbe « Un petit dessin vaut mieux qu’un long discours ».

J’ai récemment eu 2 expériences qui m’ont montré la puissance du dessin pour le message.

Facilitation graphique

J’ai pu participer à un atelier de facilitation graphique (merci Fanny Monod-Mitrev de Percolab ;-))

Mais qu’est-ce que c’est ?
Faisons court et simple, ce que j’y ai appris c’est comment faire passer des concepts et des idées sans mots, avec seulement du dessin.
Pas besoin de savoir dessiner comme un pro, quelques traits suffisent à se faire comprendre.
C’est un outil vraiment très puissant.
Un personnage bâton, une bulle, une flèche… et voilà déjà une idée qui pointe le bout de son nez.

J’ai rencontré une difficulté en particulier lors de cet atelier : dessiner au marqueur ! Pas de gomme ! Une vraie difficulté pour moi qui aime m’y prendre en plusieurs fois.

Ce que j’ai appris :
La spontanéité dans le trait.
L’importance du message au-delà de l’esthétique.

Illustrer un lieu et son concept

Ma seconde expérience a été la création des illustrations de salles pour Echo 6 Thèmes.
Echo 6 Thèmes est un tiers lieu pour les entrepreneurs où il est possible de louer des salles.
Ayant récemment déménagé, il leur fallait communiquer sur le nouveau lieu et sur un concept plus modulable des espaces.

Ces illustrations remplacent les traditionnelles « photos » et permettent de montrer différents agencements d’une même pièce.
L’illustration laisse la place à la projection et à l’imagination et chacun peut s’y retrouver.

Je suis particulièrement touché par ce projet car il m’a permis d’utiliser ma casquette « Gribouilli Street ».
Voici en quelques images comment j’ai pensé et réalisé ces illustrations.

Première étape ? Prendre les mesures des pièces, noter leur particularité.

Ensuite ? Réaliser les bases des différentes salles.

Dessins puis scans de façon à pouvoir dessiner les meubles et les accessoires dans plusieurs configurations différentes.

Je place ensuite les meubles…
Outil indispensable ?
Le blanc correcteur à utiliser aux endroits déjà remplis par les murs.
Une fois scanné et nettoyé, il n’y parait plus.

Dernière étape, la mise en couleur.
J’ai fait plusieurs essais, à l’aquarelle ou sur l’ordi… mais je suis revenue à mes premières amours, les feutres à alcool.
Ils donnent un peu de matière à ces illustrations tout en restant lumineux.

Au final 2 illustrations pour chaque pièce avec chacune leur univers.

En conclusion

Une illustration ou un dessin ont l’avantage d’attirer l’œil, de donner du rythme et de la vie à votre communication, mais ils peuvent être aussi un vecteur très puissant pour faire passer votre message.

Prêt à prendre vos crayons ?

Partagez

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous pourriez aussi aimer...

L’importance du planning de publication

L'importance du planning de publication

Je voulais faire un article pour vous expliquer ce qu’est un planning de publication pour votre blog, vos post réseaux sociaux ou encore votre newsletter.

Je « voulais » et non pas je  « fais » car cet article est finalement un très bon exemple de l’importance de mettre en place un planning à l’avance : j’écris cet article presque au moment de le mettre en ligne ! Je suis en retard !

Se laisser déborder …

Pourquoi ?
Car je n’ai pas mis mon planning de publication à jour à temps.
J’ai 2 blogs, 2 newsletters, 2 pages facebook et x comptes sur les réseaux sociaux.
Si je veux que tout soit clair et cohérent, je dois forcément anticiper mes publications.

Mais juillet-aout est passé par là… moins de lecteurs, un temps idéal pour faire une pause et mettre son planning en stand by.
Arrive Septembre puis Octobre, où l’on repart dans l’activité à pleine vitesse… en laissant le planning de publication sur le bord de la route.

Je fais les articles au fil de l’eau et parfois le courant va trop vite… STOP !

Reprendre les rênes

J’ai donc pris le temps de reposer les bonnes bases :

  • Quoi ?
  • Quand ?
  • Que faut-il faire avant ?
  • Trouver la place dans mon agenda pour y travailler (Hyper IMPORTANT !)
Planning Journal de Bord

Grace aux fiches de mon journal de bord, j’ai pu visualiser mes prochaines actions, les planifier et enfin me laisser un peu de marge !
(Bon pas encore assez pour cet article… le prochain !)

En conclusion

Vous avez l’impression de courir dans tous les sens, de ne pas aller assez vite ?
Arrêtez-vous ! Prenez le temps pour en gagner.

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous pourriez aussi aimer...

Quel contenu pour mon site web ?

Quel contenu pour mon site web

Cet article fait suite à la présentation faite avec mon collègue Cyrille Sanson (www.100son.net) pour le Meetup WordPress Toulouse, le 3 mai 2018 chez HarryCow.

Nous allons voir comment travailler le contenu de son site web afin qu’il devienne un vrai outil utile et vivant.

Itinéraire d’un contenu pertinent

Itinéraire d’un contenu pertinent

Votre site web est comme nous… il vit, il évolue dans le temps.
Nous avons donc décidé de découper la création de contenu en 3 temps forts :

  • Avant : présenter l’essentiel
  • Pendant : se démarquer
  • Après : faire vivre le site

Avant : présenter l’essentiel

Avoir un bon contenu se pense en amont.
Pour faire simple, voici ce qu’il vous faut à minima :

  • 2 grandes informations : « ce que vous proposez » et « qui êtes-vous ».
  • 2 pages tout aussi importantes : le contact et les mentions légales.

Quoi ? Mon positionnement !

Aujourd’hui, nous sommes noyés sous un flot important d’informations.
Comment réussir à vous faire entendre ?

Et bien en parlant aux bonnes personnes et dans la bonne langue !

Il est donc important de bien définir sa « cible ».
À qui s’adresse mon contenu ? Quel est mon public cible ?
Travaillez avec des « personae ». Imaginez de vraies personnes.

Il vous faut ensuite montrer une offre claire et pertinente pour ce public.
Mettez-vous à la place de votre cible, donnez-lui confiance, donnez-lui envie de faire l’action suivante.

Dans votre contenu, ne donnez ni pas assez, ni trop d’informations.

Qui suis-je ?

Je suis(pas cher, pro sympa...)

La seconde grande rubrique importante de votre site web est « qui vous êtes ».
Personnellement je trouve qu’il n’y a rien de plus agaçant que de ne pas savoir à qui on a affaire.

On aime les histoires, les émotions.
La page « qui suis-je » dois vous permettre de briser la glace, d’engager la relation de confiance avec votre visiteur, de rassurer le prospect potentiel.

Comment s’y prendre ?
Et si vous veniez lire (ou relire) l’article Une bonne page « Qui suis-je ? »

Contact !

Remplissez le formulaire et laissez-moi tranquille

Oui, sur tous les sites (ou presque) il y a une page contact.
C’est souvent une page un peu triste, très formelle !
Pourtant c’est une page qui mérite d’être travaillée.
Si votre visiteur est arrivé là c’est qu’il a droit à toute votre attention.

Dans la page contact, il faut donner envie de contacter.

  • Pensez à une petite phrase d’accueil (pour donner une ambiance, inspirer le ton du message…)
  • Aidez le visiteur en lui donnant une liste de sujet pré-remplis par exemple.
  • Facilitez les demandes en lui proposant plusieurs moyens de contact : formulaire, e-mail, tel, Messenger…

Ne laissez pas un formulaire tout triste se mettre en travers.

Mentions légales…

On a toujours besoin d’une petite piqûre de rappel.
Non seulement les mentions légales sont une obligation, mais elles sont également un élément de communication.
Elles rassureront votre visiteur.

N’hésitez pas à aller sur le site de la CNIL pour en savoir plus et adaptez vos mentions légales à votre activité (www.cnil.fr/fr/retrouver-les-coordonnees-dun-responsable-de-site).

À partir du 25 mai 2018 la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles (RGPD) entre ne œuvre, nous aurons à prendre en compte son impact sur les sites web.
Pour en savoir plus : www.cnil.fr/fr/bilan-2017-leffet-rgpd-une-annee-de-preparation-active-de-la-transition-doublee-dune-tres-forte

Pendant : se démarquer

Se démarquer

Voilà vous avez les grandes lignes de votre contenu.
Voyons maintenant comment se démarquer !

On peut trouver 3 grandes façons

  • L’identité visuelle
  • Le ton
  • Les médias

Mon identité est unique !

Votre marque a sûrement son identité ?
Un logo, des couleurs, peut-être même une baseline.
C’est ce qui la rend reconnaissable entre tous, qui la fait sortir du lot.

Gardez de la cohérence pour que votre public vous retrouve, utilisez les mêmes éléments graphiques pour votre site.

Il y a quelques articles je vous proposais une « checklist identité graphique » pour poser les bases d’une bonne identité visuelle.
Et si vous voulez être encore plus unique travaillez « votre baseline idéale ».

Je donne le ton …

Vous avez accroché votre visiteur avec un beau design, une offre qui donne envie ?
Et si vous alliez plus loin ?
En travaillant sur le « ton » employé dans vos contenus vous avez un outil supplémentaire pour créer le contact.
Des exemples ?

  • Utilisez le tutoiement et vous mettrez de la proximité dès le premier contact,
  • Faites un peu d’humour ou donnez un ton décalé pour dédramatiser des sujets trop sérieux,
  • Soyez très technique et pédagogue pour mettre en avant votre professionnalisme,

Envie de mettre un peu d’humour dans votre contenu ?
Venez lire cet article : Vous êtes plein d’humour, votre site aussi

Vidéos ou podcast… chacun son style

Aujourd’hui les médias vidéo ou audio sont de plus en plus utilisés par des blogs ou des sites pro.
Ce sont des moyens de communication qui sont faciles d’accès pour vos visiteurs.

Vous prendrez soin de transcrire la vidéo dans un texte placé à côté.
Cela permet à ceux qui ne veulent pas ou peuvent pas (accessibilité) lire la vidéo, d’avoir accès à son contenu.

Grâce à ces formats vous pouvez vous exprimer différemment.
Vous passerez aussi des informations différentes, complémentaires :

  • Une musique d’ambiance ou d’intro qui va « donner le ton » pour un podcast (Attention, le podcast ou la musique ne doivent pas démarrer automatiquement).
  • Un fond travaillé pour mettre en valeur votre créativité ou vos compétences sur une vidéo
  • Pourquoi pas un look qui vous différencie (Comme Mélanie des Pies bavardes qui a accordé sa couleur de cheveux à sa charte graphique !

Grâce à la voix, le message devient plus personnel.

Après : faire vivre le site

Voilà vous avez un site bien pensé, bien écrit et qui correspond parfaitement à votre activité.
Mais son histoire ne s’arrête pas là ! Bien au contraire.

Faire vivre son site, à quoi ça sert ?

Apporter régulièrement du contenu et des nouveautés va servir entre autre pour 3 grands axes :

  • Travailler son référencement naturel
  • Donner de nouvelles informations pour faire revenir les visiteurs
  • Travailler le développement de son activité en mettant à jour ses projets ou en créant de nouveaux produits.
Faire vivre son site

Comment s’y prendre ?

Il existe de nombreuses façons de donner de la nouveauté à son site web et de générer du trafic.
Voici quelques idées

  • Écrire des articles de blog
  • Noter les événements ou les ateliers que vous animez avec un agenda
  • Relier votre site aux réseaux sociaux et faire le pont entre eux à chaque occasion
  • Faire des partenariats avec d’autres sites, ou des articles invités sur des blogs du même domaine
  • Créer une newsletter

En conclusion

Comme je vous en parlais dans l’article pouvoir caché, la création ou l’évolution de votre site peut vous amener à prendre du recul sur différents aspects de votre activité.

  • Votre positionnement
  • Votre offre
  • Votre « pitch »
  • Votre identité, votre univers

Alors ? Prêt à vous lancer dans l’aventure ?

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous pourriez aussi aimer...

Comment trouver votre « baseline » idéale ?

Comment trouver votre « baseline » idéale ?

On a tous en tête les slogans de quelques marques. C’est le petit plus qui va faire la différence.
Et votre entreprise mérite sa baseline !

Un petit point avant de commencer. Il y a une différence entre slogan et baseline.
Le slogan c’est la petite phrase marketing, l’accroche commerciale.
La baseline c’est un peu la signature de votre entreprise. Elle apporte un plus informatif.

Tout ça est bien joli, mais comment s’y prendre ?
Tout d’abord, ne pas se stresser !
C’est un plus non négligeable mais ce n’est pas votre baseline qui va faire marcher votre activité.
Vous AVEZ le droit de vous tromper (un peu 😉 ).

Voyons ensemble les grandes lignes qu’il faut prendre en compte pour imaginer votre baseline idéale.

Pour cela 3 grands axes.

Qui voulez-vous toucher ?

Pour qu’un « slogan » soit efficace il faut bien évidemment qu’il parle à votre cible.
La première chose à se demander est donc qui est votre cible ?
Avec qui voulez-vous travailler ?
Qu’aiment vos clients cibles ? Quels sont leurs besoins en général ?
Faites le portrait le plus détaillé possible, allez jusqu’à imaginer des personnes réelles.

Votre message sera d’autant plus efficace qu’il sera authentique et réaliste.

A quel « problème » apportez-vous une réponse ?

Le mot problème est à prendre au sens large.
Il peut signifier :

  • la vocation de votre entreprise
  • le bénéfice client
  • la spécificité par rapport à la concurrence
  • des solutions précises

En identifiant clairement vos propositions, votre activité, vous êtes plus sûr d’avoir une audience pertinente.

Votre touche perso ?

C’est là qu’il faut se renseigner sur ce que font vos concurrents !
Et vous ? Qu’avez-vous de différent ?
Qu’est-ce qui définit votre identité de marque ?

Communication digitale sereine

Un exemple ?

Je vais prendre un exemple au hasard… Magali Tuffier, Communication digitale sereine

Ma baseline « Communication digitale sereine » apporte un message clair sur mon activité : communication.
J’y ai ajouté « digitale » ce qui me permet de préciser un domaine en particulier.

Mon activité s’adresse donc aux personnes souhaitant développer leur communication en général et sur le net en particulier.

Le terme « Sereine » est à la fois ma touche perso mais aussi la  « vocation » de mon activité.

Lorsque que j’ai regardé la concurrence et les retours que certaines personnes m’avaient fait de leur expérience, j’ai ressenti une sorte de « stress », presque d’angoisse par rapport à la communication sur le net :

  • Combien ça va me coûter ?
  • Techniquement ! Je ne sais pas faire ? Je ne comprends pas.
  • Est-ce le bon message ?
  • Et le référencement ?
  • Le look de mon site ne me correspond pas

Apporter de l’écoute, de l’accompagnement, du conseil était pour moi la priorité de mon activité.
Mais pourquoi le mot sérénité ?

Je l’avoue, c’est grâce à un de mes clients (eclosys pour ne pas le citer !) qui a utilisé dans sa communication la notion de « rester serein » et de « producteur de sérénité ».
C’est un terme qui m’a profondément parlé.
Ce n’est pas juste un mot « à la mode », mais réellement une façon de ressentir les choses, ma touche perso que je travaille chaque jour.

Comment suis-je arrivée à cette baseline ?
Je suis quelqu’un qui essaye de laisser de la place à l’intuition et à la créativité.
Je me suis donc imprégnée pendant quelques temps de ce qui se faisait.
Me posant les questions que je vous ai précédemment listées, essayant d’identifier ce qui me correspondait, ce qui faisait écho en moi et surtout en me laissant l’espace mental pour y réfléchir posément.
Cette « signature » est venue naturellement et aujourd’hui elle me correspond pleinement.

Vous n’êtes pas aussi « serein » ?
Vous sentez que ce sera compliqué ?
Pourquoi ne pas utiliser l’intelligence collective pour vous aider à prendre la première impulsion ?

  • Donner quelques idées de base et demander des avis
  • Parler simplement de votre activité et faire un « brainstroming » pour trouver des accroches

Les qualités une bonne baseline.

En quelques mots, les qualités d’une baseline sont :

  • Avoir un message qui dure dans le temps pour donner confiance et rassurer
  • Etre spécifique pour affirmer sa personnalité, son unicité
  • Etre engageante pour affirmer ses valeurs.

En conclusion

Avoir une baseline qui vous correspond est le plus qui va vous permettre d’ancrer votre activité, pour vous et pour vos clients.
Il n’y a pas de recette miracle, chacun doit trouver sa signature.

Je vous ai parlé de la baseline de Magali Tuffier que j’ai finalement créee assez facilement.
Mais je bloque depuis des années sur celle de Gribouilli Street.
Pourquoi ?  Parce que je n’arrive pas à répondre clairement aux 3 grandes questions.
Cela dépend parfois de la maturité de votre activité et de la façon dont vous communiquez pour elle.

J’espère que cet article vous sera utile.

Comment trouver votre baseline idéale

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous pourriez aussi aimer...