Nettoyer son blog c’est perdre du trafic ?

Aujourd’hui, je vous propose de parler statistiques, trafic et référencement.
Pour cela, je vais faire l’état des lieux de mon blog Gribouilli Street sur lequel j’ai fait un grand ménage courant mars.

Deux mois plus tard, ce « ménage » a-t-il eu un impact sur la fréquentation du blog ?
Voyons ça ensemble.

Feuille separateur 2

Le blog Gribouilli Street avant les changements

Pour pouvoir analyser l’impact, il faut comprendre d’où l’on part.
Gribouilli Street est un blog que j’ai créé en 2014.
Il faut bien avouer que les premières années je n’ai pas eu un grand trafic… c’était surtout un blog pour me faire plaisir.

J’ai commencé à noter mes statistiques en 2017 et depuis, chaque mois, je fais un petit point sur l’évolution.

En mars 2017, sur le mois j’ai eu 150 visites…
En mars 2018, 251 visites
En mars 2019, 611 visites
En mars 2020, 1845 visites… une nette progression n’est-ce pas, avec un petit pic sur le mois de janvier de plus de 3000 visites.

Pas si mal comme progression pour un blog qui n’est pas monétisé et qui n’est pas mon activité principale…

separateur

Nouvelle orientation

Gribouilli Street

J’ai décidé début 2020 de transformer le blog Gribouilli Street en « la marque Gribouilli street » qui possède un blog.
Changement de destination, changement de look et de structure.

Ce qui m’a conduite à « nettoyer » le site : d’anciens articles sans intérêt ont été supprimés…
Entre 2014 et 2020… il y en avait une quantité non négligeable.

Le site d’aujourd’hui a moins de contenu, mais un contenu de meilleure qualité…
Qu’en pense google analytics après presque 2 mois ?

Feuille separateur 2

Zoom sur quelques chiffres clés

Le nombre de visites « en moyenne »
Si je reprends les visites de février et mars 2020 (avant nouvelle version) j’avais une moyenne 57 visites par jour.
Pour avril – mai 2020, ce chiffre arrive à 53 visites.
Une légère baisse mais rien de très flagrant.

L’acquisition
L’acquisition est le critère qui permet de savoir d’où viennent les visiteurs (réseaux sociaux, moteur de recherche, autres sites web…)

De février à mars 2020 : 63 % des moteurs de recherche – 19 % des réseaux sociaux (Pinterest surtout)
De avril à mai 2020 : 60 % des moteurs de recherche – 20% des réseaux sociaux (Pinterest en très grande partie)

Là encore, on constate une légère baisse qui n’a pas un très grand impact.

Le taux de rebond
Le taux de rebond donne une indication sur la pertinence de ce que l’on propose au visiteur (bien sûr tout cela est à prendre avec précaution, ce n’est qu’un chiffre !)
Pour faire simple : plus le taux de rebond est élevé, plus les visiteurs sont partis vite. Plus il est bas, plus ils ont pris le temps de lire et de naviguer sur le site

De février à mars 2020 : 46.62 %  (durée de la visite 1.55 min, 2.93 pages visitées)
De avril à mai 2020 : 46.18 % (durée de la visite 1.33 min, 2.57 pages visitées)

Des chiffres en légère baisse encore, mais pas de drame…

Nombre de clics et d’impressions sur google
Grace à la « search console » je peux connaitre « la vie » de mes contenus dans le moteur de recherche… combien de pages sont ressorties dans les recherches (les impressions) et combien de fois l’internaute a cliqué sur le lien.

De février à mars 2020 : 41 100 impressions et 704 clics
De avril à mai 2020 : 32 800 impressions et 603 clics

C’est là que l’on voit apparaitre le chiffre le plus en baisse : 32 800 apparitions dans les recherches. C’est beaucoup moins que 41 100.
C’est l’impact direct d’un blog avec d’anciennes pages supprimées.
Gribouilli Street a moins « d’entrées » disponibles pour répondre à une recherche.

Le nombre de clics a lui aussi diminué, mais finalement avec un impact moins fort.

separateur

Ce que j’ai anticipé

Je trouve que le bilan de ces 2 premiers mois de changement n’est pas trop mauvais. Je perds un peu de trafic, je coupe le bel élan que j’avais depuis un an, mais cela ne me parait pas catastrophique.

Je savais qu’il y avait un risque sur le nombre d’impressions dans les moteurs de recherche… ce qui est un indicateur du référencement naturel !

J’ai donc rapidement mis en place quelques actions spécifiques :

  • J’ai créé de nouveaux articles de meilleure qualité que ceux retirés
  • J’ai travaillé sur Pinterest en ajoutant de nouvelles épingles sur d’anciens contenus car c’est une grande source de trafic pour mon blog
  • J’ai développé ma visibilité sur Instagram pour diversifier les sources de trafic
Feuille separateur 2

En conclusion

Une grande refonte d’un site ou d’un blog ancien a forcément des conséquences sur le trafic et le référencement.
Il est important de s’y pencher en amont.

Pour Gribouilli Street, je savais que je prenais un risque faible, car c’est seulement depuis 1 an que le trafic est vraiment significatif et ce sont surtout de vieux articles que j’ai fait disparaitre.
Malgré tout l’impact est réel.

Le changement de positionnement de Gribouilli Street, m’a aussi obligé à modifier ma stratégie de communication… mais tout ça en restant très « slow communication » bien sûr !

Cet exercice en est un bon exemple :

  • Etape 1 : une réflexion en amont sur les éventuels impacts sur le trafic
  • Etape 2 : quelques actions « boost » pour éviter un trop grand choc
  • Etape 3 : un suivi des chiffres dans les semaines qui suivent
  • Etape 4 : un changement de stratégie si nécessaire…

Chaque chose en son temps !

J’espère que ce sujet, un peu plus technique que d’ordinaire (je sais que vous êtes nombreux à ne pas aimer le mot « statistiques »), vous aura intéressés et vous aura donné quelques éclairages sur l’effet concret du très célèbre « référencement naturel ».

Envie de partager cet article ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Vous pourriez aussi aimer...

Restons connecté : inscrivez-vous à la newsletter

Nettoyer son blog c’est perdre du trafic ?

Laisser un commentaire